The Artist


Synopsis
Hollywood, 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.


Primé au dernier festival de Cannes pour la prestation de Jean Dujardin, qui n'a pas entendu parler de The Artist, le dernier film de Michel 'OSS117' Hazanavicius ? 

Habitué à faire revivre non sans humour des époques révolues, le réalisateur s'adonne ici au plaisir du pastiche en reconstituant merveilleusement l'Hollywood des années 1920, l'âge d'or du film muet.

C'est indéniable, ce film est un vrai plaisir visuel : mises en abîmes, montage alterné, esthétique très soignée et jeu des acteurs délicieusement désuet apportent un style unique qui plonge le spectateur dans ce monde fantasmatique qu'était alors Hollywood. 

L'intrigue, située pendant le passage du cinéma muet au parlant, ne prend pourtant presque pas en compte lui même ce changement de régime. Je ne vais pas refaire le film, mais je trouve qu'il y aurait eu quelque chose de très intéressant à explorer une forme filmique qui évoluerait en même temps que l'histoire et/ou le personnage principal (muet, donc).

The Artist est avant tout l'oeuvre d'un amoureux du cinéma muet, dont on apprécie les nombreuses références. Les acteurs sont parfaitement à l'aise dans cet exercice de style, je mets une mention spéciale aux immenses seconds rôles : Malcolm MacDowell, John Goodman et James Cromwell. 

The Artist et sa candeur désuète mais pleine de charme, séduira le cinéphile qui sommeille en vous. 

5 spectateurs:

La voisine a dit…

Le jeu, l'humour, l'intrigue, les dialogues... tout (ou presque) est premier degré dans ce film. C'est certes rafraichissant mais pouvons-nous encore être complètement premier degré?

Julia D. a dit…

Je vais le voir vendredi, j'ai vraiment hâte !

{Manue} a dit…

@la voisine : Peut être y a t-il du second degré dans le premier degré ? (il faut lire cette question en se grattant le menton).

@julia : bonne séance ! n'hésite pas a nous faire un retour ici :)

cinégirl a dit…

un peu fade quand même. Le jeux des comédiens est irréprochable (sauf bérénice béjo trés en dessous des autres) mais le scénario est quand même trés faible, peu inventif. Disons que c'est à l'image de ce qu'on peut imaginer d'un film muet mais il suffit de regarder un film de cet époque pour trouver que tout celà est bien pauvre finalement.

{Manue} a dit…

C'est vrai cinégirl, The artist est à l'image de ce qu'était un film muet hollywoodien ultra classique. Je m'interroge sur l'intérêt de refaire un classique sans y apporter grand chose de neuf... Je pense que le film charme tout de même car il est à contre courant de la surenchère d'effets spéciaux et de 3D aujourd'hui ?

Enregistrer un commentaire

 

Blog Template by YummyLolly.com